La délinquance

Définition de la délinquance

C’est tout ce qui constitue les délits et infractions constatées par les forces de l’ordre. Elle est en constante augmentation dans les villes françaises. La délinquance dans les campagnes reste relativement faible. Dans les grandes villes comme Paris ou Lyon, on a beaucoup plus de chances de subir une agression que dans un patelin de campagne. Même si les agressions sexuelles restent à part.

Je vais vous donner plusieurs définitions à connaitre pour vos révisions :

-La déviance : C’est un comportement, des actes, qui échappent aux règles normatives mises en place par la société. Dans le cas de la délinquance, la définition de se comporter de manière déviante est davantage du ressort de la psychologie.

-L’admonestation : Le juge dresse un avertissement sur convocation. Ceci dans le cas d’un mineur. Ainsi, l’enfant sera averti que si il recommence, il sera sanctionné. Les parents sont également rappelés à l’ordre concernant leur devoir parental.

L’insécurité est un sentiment ressenti par la population. C’est en grande partie parce que les médias amplifient le phénomène de la délinquance.

Article suivant : https://aidefichesconcoursasap.com/les-troubles-alimentaires-de-type-anorexie-et-boulimie/

Quels sont les types de délinquances ?

Il existe plusieurs types de délinquance comme :

  • Les dégradations et la destruction matérielle
  • Violence physique : chantage et menaces, agression sexuelles…
  • Escroqueries financières et économiques

Il y a aussi les infractions révélées par les différents services qui luttent contre cette délinquance et ces délits. Par exemple les stupéfiants et les sans papiers qui sont dans l’illégalité.

Les différents facteurs qui amènent à la délinquance

On a des facteurs qui sont d’ordre individuel. Par exemple, cela peut être lié à la famille. Notamment des familles recomposées, déstructurées. Des troubles ou des fragilités sur le plan intellectuel/ psychologique.

La drogue et l’alcool rentrent aussi en jeu. Les échecs professionnels et scolaires. La violence est de plus en plus banalisée, par le prisme des jeux vidéos qui renvoie à une mauvaise notion des agressions et des meurtres.

Nous avons aussi des facteurs d’ordre social. Comme dans les quartiers en difficulté. Le chômage. Le rejet de l’autorité. L’échec avoué de l’intégration.

Les problèmes que posent cette violence

Pouvoir mesurer la délinquance reste compliqué. Les chiffres sont mouvants. Certaines personnes déposent plainte, d’autres ne déposent pas plainte. Et certaines ne sont même pas enregistrées ( ce qui est une honte absolue au passage ). Ce chiffre est en fait établi seulement par rapport aux enquêtes résolues.

Si la délinquance baisse de manière générale, elle se complexifie et surtout devient plus violente. On estime que les cambriolages sont en hausse à cause de la valeur de l’or. On constate des vols violents comme des sacs à main arrachés.

L’intégrité physique peut être touchée. Les auteurs des infractions commises diffèrent : il s’agit d’étrangers, de femmes et aussi de mineurs qui peuvent récidiver à l’âge adulte. Le sentiment d’insécurité augmente à cause de la médiatisation et de la crise en général. Ce qui a pour conséquence une restriction des libertés individuelles. Qui peut être assimilé à du flicage.

Le problème des prisons

Les incarcérations sont plus courtes. Le pénal plus sévère de manière générale. La durée moyenne de détention augmente pour les détenus, ce qui conduit à des prisons surpeuplées. Et beaucoup de violence.

Les maisons d’arrêts se retrouvent complètement blindées. Ajoutez à ça la drogue, l’alcool, et vous obtenez un cocktail explosif. Le suivi psychologique et médical des détenus reste insuffisant. Il n’y a pas assez d’activité. Le traitement des prisonniers est de plus en plus humiliant.

Quelles solutions apporter ?

Lutter contre l’absentéisme dès l’école. Travailler et faire de la prévention dans les quartiers sensibles. Aider à l’emploi des jeunes. Concernant le traitement de la délinquance juvénile, il existe une législation qui date de 1945. Elle explicite que l’enfant qui est donc mineur, ne peut pas être jugé comme des majeurs. On va plutôt pour des mesures éducatives que des sanctions pénales. Des centres anti récidives existent.

La délinquance des adultes

Le nombre d’interpellations est en augmentation. Des postes de police supplémentaire sont crées. On a crée des juges de proximité pour traiter les petits litiges. Avec un renforcement de la vidéosurveillance et la création de zones de sécurité prioritaires.

Pour en savoir plus, voici un site sur le sujet : https://www.laurent-mucchielli.org/

Rate this post

Laisser un commentaire