Le développement cognitif de l’enfant de la naissance à l’adolescence

oh joli cervooo…

Le développement cognitif est le développement de l’intelligence. Il évolue considérablement de la naissance jusqu’à l’âge de 6 ans. Le cerveau met en place des stratégies complexes.

Notions

L’intelligence sensori-motrice de 0 à 2 ans.

Au 1er mois, l’enfant n’agit que par des actions réflexes. (ex : la succion conduite innée)

De 2 à 8 mois, les actions sont découvertes par hasard :

actions sur le corps (ex : la main) : on observe une coordination main-bouche

actions sur les objets : on observe une coordination vision préhension

De 8 à 12 mois, c’est le stade (2) :

  • des actions intentionnelles. L’enfant expérimente de nouveaux modes d’action pour atteindre son but
  • de la permanence de l’objet. L’objet continue à exister lorsqu’il a disparu (l’enfant le cherche).

de 12 mois à 2 ans, l’intelligence sensori motrice se perfectionne :

l’enfant tient compte des déplacements de l’objet

  • il acquiert la notion de temps, d’espace, et de relation de cause à effet

L’intelligence opératoire concrète de 2 à 3 ans

C’est une intelligence qui s’appuie sur une pensée concrète. Elle a une “fonction symbolique” qui se manifeste par :

  • le jeu symbolique (avec imitation différée)
  • le langage imagé (moyen d’évoquer les événements que l’on ne voit pas)
  • l’animisme (capacité de donner vie aux choses et d’imaginer), c’est l’âge du compagnon fictif

La pensée intuitive de 3 à 6 ans

La pensée intuitive est une pensée “prélogique”. L’enfant commence à distinguer le réel de l’imaginaire : lorsqu’il raconte une histoire totalement insolite, il dit aussi tôt : c’est pour rire.

L’enfant acquiert 3 notions de bases :

la notion d’espace proche : il a la notion de distance (loin/pres), et direction (droite/gauche).

la notion de temps proche. Il a la notion de demain, hier et matin/après midi.

la notion de nombre réduit, généralement vers 5 ans, l’enfant peut compter jusqu’à 20.

La pensée logique à 7 ans

A 7 ans, l’âge de raison est aussi l’âge du savoir. La capacité d’analyse et la mémoire se développent. L’enfant comprend certaines notions abstraites : espace lointain, temps lointain, cause à effet et nombre (au dessus de 20).

  • Les apports scolaires développent les connaissances : 
  • la géographie permet de développer la connaissance de l’espace lointain
  • l’histoire permet de développer la connaissance du temps lointain
  • la physique permet de comprendre les rapports de cause à effet
  • l’arithmétique permet de comprendre la notion de nombre (addition, soustraction)
  • le français développe l’imagination, le vocabulaire. L’enfant peut faire une rédaction.

Le raisonnement dans l’abstrait à l’adolescence

A l’adolescence, le jeune aime raisonner dans l’abstrait. C’est l’âge de la réflexion, de l’analyse, de l’argumentation, des grandes discussions (on refait le monde). L’esprit critique se développe (on critique les adultes). Pour certains, c’est l’âge du raisonnement philosophique.

Observation réflexion/rôle de l’adulte : parents et professionnels

Il est important de : 

  • connaître le niveau cognitif de l’enfant pour mieux le comprendre
  • respecter suffisamment l’enfant pour comprendre ses difficultés
  • lui pardonner ses échecs
  • ne jamais faire usage de termes dévalorisants à son égard
  • équilibrer travail scolaire et jeux de plein air indispensables à la santé de l’enfant
  • dépister les difficultés de compréhension et les signaler

Situation

chaque âge comporte une avancée cognitive

Les découvertes de Jade, 5 mois (stade de l’intelligence sensorimotrice)

Jade, allongée à la crèche sur le tapis de sol, attrape par hasard le hochet qui se trouve à ses côtés. Elle l’explore avec sa bouche et le secoue dans toutes les directions. Le jouet rencontre le tableau de découverte et Jade s’amuse alors à frapper sauvagement dessus, cela fait du bruit et ça lui plaît !

A ce stade, l’enfant découvre donc un long enchaînement de faits et de modifications fortuites, les lois du mouvement de son corps et le fonctionnement des objets qui l’entourent.

La réflexion de Sandrine, 20 mois (stade de l’intelligence opératoire)

Quand elle veut prendre dans la boîte en plastique transparente sa sucette, Cynthia réfléchit, examine la boîte pour trouver la solution, elle glisse (soudainement) son index, ouvre la boîte et récupère sa sucette.

L’enfant de 20 mois a la capacité d’évoquer des situations non perçues en se servant de signes d’indication ou symboles. L’intelligence s’appuie sur une pensée concrète (opératoire) pour résoudre le problème.

L’animisme d’Alexia, 4 ans (stade de la pensée intuitive)

Lorsqu’elle se heurte à la table et se fait mal, Alexia bat la table “ tu es méchante ! Vilaine”. Elle donne vie à la table (c’est l’animisme). L’enfant est encore très égocentrique.

L’imitation de Jul, 6 ans (stade du symbolisme)

Quand Jules fait ses devoirs le soir chez lui, il ne peut résister au plaisir d’imiter mr D. ( son maître), qu’il admire énormément. Il reproduit sa voix, il refait ses gestes, il rejoue les échanges qu’il a eu avec lui dans la journée (en prenant le meilleur rôle).

Les arguments de Max, 12 ans (stade de l’esprit critique)

Lorsque Max rentre chez lui après la classe, il ne peut pas résister au plaisir de critiquer son frère (plus jeune que lui) et ses parents ( qui ont tendance à lui donner des conseils qu’il n’apprécie pas) “non vous me comprenez pas” leur dit il. “avec mes copains, nous aimons ce film, il est génial. Il dit qu’il ne faut pas couper les ailes de ceux qui ont peur de s’écraser au sol” et il argumente.

Article suivant : https://aidefichesconcoursasap.com/quelle-tenue-porter-pour-laide-soignant-et-lauxiliaire-de-puericulture/

Laisser un commentaire