Au commencement de la crise du COVID-19, le corps médical a tiré la sonnette d’alarme à propos de l’apparition de problèmes respiratoires aigus sévères associés à des atteintes pulmonaires d’ordre virales. Il s’agit de pneumonies qui nécéssitent pour la plupart des malades un besoin urgent en oxygénothérapie. Pour certaines personnes, il faut mettre en place une ventilation assistée et même une extracorporeal membrane oxygenation ( ECMO), soit des techniques d’assistance extracorporelle en Français. Ces méthodes sont utilisées si l’état sanitaire du patient se dégrade. Les facteurs aggravants sont caractérisés par l’âge, des maladies comme le diabète, l’obésité ainsi que toutes les pathologies cardio-vasculaires.

Il faut savoir que les coronavirus attaquent couramment le système cardio-vasculaire. Les médecins et chercheurs pensent même que le virus peut attaquer directement le cœur humain ! Plusieurs données publiées par des médecins du monde entier ont apporté la preuve qu’en dehors des poumons, certains malades développent des problèmes cardiaques importants de type myocardite aigue, un syndrome coronaire aigu (SCA), ou même parfois des arythmies. Ce qui peut aboutir à une insuffisance cardiaque, un état de choc, voir un arrêt cardiaque dans les cas les plus extrêmes de cette maladie.

Une atteinte cardiaque est donc tout sauf une surprise quand un sombre pronostic d’affection virale est établi chez un patient. Les malades qui sont atteints par un syndrome coronarien aigu, mais qui voient leur pathologie pulmonaire mise davantage en avant, présentent la problématique de bénéficier d’une prise en charge de l’appareil cardiaque tardive. Dans le cas contraire, des malades qui présentent principalement des signes « cardiologique » peuvent ne pas être correctement diagnostiqués comme porteurs du COVID-19.

Enfin, toute la « starisation » du COVID-19 et la peur qu’ont les malades du virus risque de retarder leur consultation à l’hôpital. Toutes ces données influencent la manière dont les médecins et les hôpitaux doivent s’occuper des patients qui présentent un tableau clinique cardiaque COVID-19, notamment aux prémices des signes cliniques cardiaques. Il est donc vital d’obtenir des recommandations pour prendre en charge les personnes qui ont des troubles cardiaques déjà existants, ainsi que les patients qui ont été touchés au niveau du myocarde par le virus.

Rate this post