Comment lutter contre le sida et les infections sexuellement transmissibles ?

Le sida, une maladie qui continue de faire des ravages

Le Syndrome d’Immuno Déficience Acquise ( SIDA ) est une maladie chronique infectieuse et mortelle. Cette pathologie, comme son nom l’indique, détruit les défenses immunitaires du malade. Il faut donc préciser qu’on ne meurt pas directement du sida, mais bien d’une autre pathologie qui peut être un simple rhume ou bronchite.

Depuis sa découverte en 1982, le sida est devenue la maladie la plus destructrice de l’humanité en faisant des millions de victimes. Les chiffres sont accablants. Rien qu’en France, près de 150 000 personnes sont infectées par le virus. En Afrique, le continent est durement touché.

Quels sont les modes de transmission de cette maladie ?

On a tout d’abord une contamination par voie sexuelle. Le VIH  ( virus du sida ) se trouve dans le sperme et les sécrétions vaginales. Ensuite, nous avons la contamination par voie sanguine. Et enfin, la contamination de mère à foetus par le placenta.

Quelles sont les différentes étapes de la maladie ?

Premièrement, la phase de séropositivité. Le malade est en fait en capacité de transmettre le virus mais il ne présente aucun symptôme. Le virus est sous contrôle du système immunitaire. Cette phase dure environ 10 ans.

Et puis, il y a ce qu’on appelle la phase de « pré-sida ». La maladie se développe et la personne présente différents symptômes ( c’est la joie ! )  : diarrhée chronique,  fièvre continue, amaigrissement, baisse des défenses immunitaires ( appelés  lymphocytes T4 ). Cette problématique dure deux ans.

La troisième étape est la phase totale du sida. Le système immunitaire est à plat. Les infections se multiplient. On peut voir apparaitre un combo. Maladies pulmonaires, problèmes neurologiques, cancers, infections…

Le cataclysme mondial causé par le sida

L’afrique subsaharienne est gravement touché par le virus. La maladie progresse en Europe. Toujours en Afrique, les femmes sont de plus en plus touchées. Tout cela  est du à la  misère, une méfiance et une défiance à l’égard du préservatif, la prostitution. Ce qui a pour conséquence un effondrement de l’espérance de vie, la progression de la tuberculose, des orphelins en pagaille. Le système sanitaire est complètement débordé. La pauvreté est croissante.

En France, malgré un recul de la mortalité et du nombre de cas de cette maladie, le taux reste tout de même élevé. Certains moyens qui ont été mis en place ont prouvé leur efficacité :

-Multiplication des distributeurs dans les établissements scolaires

-Dépistage volontaire proposé

-Nouveaux médicaments sur le marché

Malgré toute la prévention, les jeunes restent parfois insouciants et ne sont pas assez sensibilisés. Les pratiques à risque sont multipliées dans les milieux homosexuels. L’usage du préservatif n’est pas toujours automatique. Et le dépistage est finalement effectué trop tard. D’autant plus que certaines populations immigrés ne sont pas toujours averties des risques.

Quelles sont les difficultés rencontrées par les malades ?

On peut noter une certaine détresse psychologique. L’angoisse et la solitude face à la mort. Le désir de vivre est perdu. On peut ajouter à cela des problèmes financiers qui se traduisent par la perte d’emploi. ( Même si la maladie est prise en charge à 100 % )

Des problématiques liées aux soins : les effets secondaires des médicaments, les échecs thérapeutiques quand le virus résiste. Il manque en France des structures d’hospitalisation pour la journée. L’inégalité d’accès aux soins perdure ( immigrés, personnes en situations irrégulières ).

Les discriminations sont présentes. Cela peut aller du refus de soigner avec une attitude méprisante, la violation du secret professionnel. Sur le plan social, la peur pour les autres d’être contaminés, la stigmatisation qui concerne notamment les homosexuels. Et enfin, professionnellement, on peut constater  dans certains cas des licenciements injustifiés ou à l’inverse, une difficulté à l’embauche.

Tout cela coûte, encore une fois très cher à la sécurité sociale française.

Article suivant : https://aidefichesconcoursasap.com/comment-lutter-contre-lobesite-morbide-et-le-surpoids-dans-notre-societe-de-la-malbouffe/

Quelles sont les solutions mises en place ?

La prévention reste la base de tout pour lutter contre ce fléau. On fait la promotion pour l’usage du préservatif. Une prise d’information sur la maladie est à disposition ( un site internet est disponible ) . Le dépistage est anonyme et gratuit. La prise en charge s’améliore, d’année en année. Un traitement précoce est mis en place.

Sur tout le territoire, la prise en charge est harmonisée avec une meilleur coordination des services. Un accompagnement psychologique, physique et psychique des malades ou proches des victimes est effectué. La lutte se fait plus intense contre les discriminations, la stigmatisation, l’isolement et l’exclusion.

L’investissement est plus soutenu dans la recherche.

Les Infections Sexuellement Transmissibles ( IST )

Les infections sexuellement transmissibles sont des infections contagieuses transmises lors de rapports sexuels. Celles ci peuvent être gravissimes, si elles ne sont pas traitées correctement. Et de manière rapide et efficaces. Les principales IST sont d’origines bactériennes. On peut citer notamment :

  • La chlamydiose, survenue par la bactérie chlamydias. Elle est responsable d’inflammations de l’urêtre, du col de l’utérus. Cela peut favoriser la stérilité ou la venue d’un cancer.
  • La gonnococcie ou blénnoragie appellée  » chaude pisse » : celle ci est la responsable d’infections très douloureuses appellées utérites chez le sexe masculin. Cela se traduit par des infections génitales chez la femelle.
  • La syphilis : c’est une éruption cutanée  sans symptômes de démangeaison sur les muqueuses et la peau. Elle est considérée comme latente si elle ne présente pas de signes. Non traitée, elle peut causer des dégats au niveau du coeur, du cerveau, au système nerveux et les yeux.

On peut aussi citer les champignons, qui sont appelés de leur doux prénom trichomonase et candidose. Ils occasionnent démangeaisons et brûlures. La cause peut être aussi d’origine virale : hépatite b qui peut provoquer cyrrhose et cancer du foie. Citons encore les herpès génitales ou le papillomavirus qui cause l’apparition de tumeurs et dont le vaccin est recommandé pour les jeunes filles entre 9 et 14 ans. ( et dont l’affiche est présente dans la salle d’attente de mon docteur )

Quelles sont les personnes les plus exposées aux IST ?

Les personnes qui ont des rapports sexuels non protégés avec plusieurs partenaires. Citons en vrac les homosexuels, les adolescents, les célibataires, les prostituées, les drogués. Ce type d’infection augmente car il y a une vaste liberté sexuelle, une absence d’informations, et un plan de lutte inadapté. La vaccination est insuffisante.

Ce qui a pour conséquence une contamination plus grande. Cancer, stérilité, transmission du VIH. Encore une fois, la prévention est le meilleur des remèdes. Même si il reste beaucoup à faire. Alors, protégez vous !

Pour en savoir plus https://preventionsida.org/sida-lessentiel/quels-sont-les-signes-du-sida/

Rate this post

Laisser un commentaire