Evaluation de la fonction urinaire (cours auxiliaire puériculture)

Définitions

Evaluer la fonction urinaire, c’est évaluer le fonctionnement des reins et observer leur produit organique, l’urine.

L’urine contient des déchets solubles éliminés par l’organisme. Elle est évacuée par les voies urinaires sans effort et sans douleur.

Notions

L’AP sera amenée à observer les urines de l’enfant. Elle évaluera plusieurs critères.

Les critères d’observation

L’ap évaluera :

la couleur de l’urine : jaune comme de la paille, clair, limpide

l’odeur : sans odeur particulière. Lors du contact avec l’air ambiant, au bout de quelques heures, il y a une odeur d’amoniaque (moins prononcée chez l’enfant que chez l’adulte).

la limpidité : l’urine est limpide, parfois des flocons de mucus peuvent être présents

L’évaluation du volume urinaire

La quantité quotidienne des urines est variable selon l’âge, les apports hydriques, l’alimentation, etc. Le volume par 24h s’évalue par la diurèse.

Les normes

Nouveau né : 30 à 60 ml

Nourrisson : 100 à 150 ml

Enfant :  500 à 1400 ml

Adulte :  600 à 2000 ml

La diurèse

Effectuer la diurèse, c’est procéder au recueil non stérile des urines, sur une période et une durée déterminées, afin de mesurer le volume des urines et établir une courbe de surveillance. Exemple :  effectuer une diurèse des 24h pendant une semaine.

Evaluer la diurèse est un élément important pour le diagnostic de certaines maladies pour suivre leur évolution ainsi que l’efficacité du traitement entrepris.

La mise en route d’une diurèse se fait à la demande du médecin.

Observation réflexion (rôle AP)

L’AP sera capable d’observer les éliminations de l’enfant et identifier les signes d’anomalie. Elle signalera en particulier :

les brûlures mictionnelles, douleurs abdominales

les modifications de la couleur de l’urine :

couleur rouge ce qui signifie présence de sang (hématurie) (oh la bonne nouvelle…)

couleur brun foncé signifiant des urines concentrées ou la présence de pigments biliaires

les modifications de l’odeur de l’urine :

odeur acétonique : caractéristique d’une décompensation du diabète

odeur putride : manifeste une infection urinaire (beurk)

les modifications de la limpidité  : pyurie (urines troublées par la présence de pus)

les modifications du volume : anurie (absence d’urine dans la vessie)

L’AP peut effectuer une diurèse et des analyses d’urines non stériles pour identifier les éléments anormaux.

Il s’agit surtout de la présence de protéines (albumine), de sang, de corps cétoniques, de sucre (glucose).

Situation

La diurèse de Naima (10 ans)

Aude (AP en service de pédiatrie) participe activement à la mise en œuvre  de la diurèse de naima, fillette de 10 ans souffrant d’une néphrite. Aude explique à l’enfant l’intérêt de garder son pipi sur 24 heures.

Elle la rassure et lui dit qu’elle sera assistée à chacun de ses besoins afin de mettre ses urines dans le bocal. Elle implique la fillette et valorise sa coopération. Celle-ci semble adhérer volontier à cette opération.

Aude prépare le bocal et fait coller l’étiquette nominative à Naima. La diurèse commence ce matin après la toilette et se terminera demain à la même heure. A la fin de l’opération Aude réalisera une courbe de diurèse sur la feuille de surveillance de Naima et fera une analyse d’urine.

Remarque

Cette situation illustre l’importance du relationnel dans la mise en oeuvre d’un examen important (ici la diurèse). On voit de quelle façon l’AP fait accepter le projet à l’enfant. c’est une marque de respect indispensable. L’AP participe activement au recueil des urines, réalise la courbe de diurèse et peut effectuer une analyse d’urines non stériles.

Il faudra inscrire la diurèse des 24h sur une feuille de surveillance.

Laisser un commentaire