La maladie d’alzheimer

Comment se traduit  la maladie d’alzheimer ?

La maladie d’alzheimer entraine une perte de mémoire progressive et une démence chez la personne qui en est atteinte. Bien souvent, ce sont les personnes âgées qui sont touchées. ( même si la maladie peut se déclarer à 60 ans environ ) Baptisée du nom de l’auteur de sa découverte, Alois Alzheimer en 1906, ce dernier découvre des lésions caractéristiques de cette maladie chez plusieurs patients. C’est la forme la plus connue de démence, même si il existe ( malheureusement ) d’autres troubles gravissimes.

Aujourd’hui, plus d’un siècle plus tard, on ne parvient  toujours pas à guérir cette pathologie, tandis que des millions de personnes en sont atteintes chaque année dans les pays industrialisés. Tout juste peut on ralentir cette maladie avec certains traitements que je ne saurais détailler ici.

Quels sont les causes de cette maladie ?

On ignore les causes réelles de cette maladie. C’est quelque chose que l’on ne peut pas mesurer. Tout juste peut on évoquer certains facteurs liés à l’environnement ( la pollution, des substances toxiques présentes dans certains produits, des pesticides ou encore l’alimentation ).

Il est fort probable qu’une alimentation déséquilibrée, une mauvaise hygiène de vie et un manque d’instruction puisse  nuire à notre capacité à maintenir le cerveau en état de marche. Et donc se protéger de cette atroce maladie. Le plus important pour prévenir cette pathologie est de pratiquer une activité physique régulière, de bien manger, bien dormir. Se cultiver, apprendre régulièrement. Créer de nouvelles connexions dans le cerveau et ainsi éviter une routine, qui n’est pas bénéfique pour notre chef d’orchestre qu’est l’encéphale.

Tout ce que l’on sait, c’est que deux structures seraient responsables de la mort neuronale qui entraine la maladie. Le premier cas, ce sont des plaques qui sont un dépôt de fragment de protéine appellées beta-amyloide, qui s’accumule dans les espaces entre les cellules nerveuses.

Il y a aussi ce que l’on appelle les écheveaux qui sont des fibres torsadées d’une autre protéine appellée  » tau ». Ils s’accumulent à l’intérieur des cellules.

Quels sont les signes de cette maladie ?

Bien sûr, il faut faire la distinction entre perdre ses clés, indépendamment de prendre de l’âge, et réellement présenter des signes qui montrent la présence de cette maladie. La maladie d’alzheimer est une pathologie évolutive. La maladie est présente parfois depuis plusieurs années sans que l’on ne se rende compte de quoi que ce soit.

Naturellement, c’est quand les signes deviennent évidents que l’on se met à évoquer cette hypothèse. La personne commence par avoir des troubles de la mémoire, perdre des objets, se tromper sur un trajet connu. Puis, progressivement, au fil des mois, des années, avoir de plus en plus de mal à mettre des noms sur des visages familiers.

Elles peuvent être aussi agressives, ressasser certains souvenirs douloureux. J’ai l’exemple d’une dame dont j’avais la charge en maison de retraite, et qui me prenait pour son patron. Elle pensait me devoir de l’argent et se croyait donc revenu au temps où elle travaillait en tant que secrétaire, à Lyon. D’autres personnes perdent l’usage de la parole. Ils en oublient les codes sociaux ( manger avec des couverts etc ).

Malheureusement, certains professionnels de santé peuvent se montrer stupides dans leur comportement et se moquer de ces personnes. Voir les manipuler. C’est ce que l’on appelle un abus de faiblesse.

Plus précisément, il y a 7 stades qui définissent la maladie d’alzheimer :

-Le stade 1 ne présente aucune déficience cognitive, aucun trouble de la mémoire n’est détécté lors d’un entretien avec un professionnel de santé.

-Le stade 2 dans lequel la personne a l’impression d’oublier certaines choses, d’avoir des trous de mémoires, ou des pertes d’informations et de mots usuels. Ces signes peuvent être liés à l’âge ( ce qui est tout à fait normal ), ou présenter les premiers symptômes de la maladie d’alzheimer.

Aucun symptôme n’est détecté, encore une fois.

-Le stade 3, c’est un déficit cognitif léger. L’entourage commence à détecter les troubles. Les professionnels de santé peuvent déceler des troubles de concentration ou de mémoire. Certaines difficultés sont courantes comme celle d’avoir des difficultés à trouver le bon mot ou le bon nom.

La personne peut aussi avoir du mal à se rappeler des personnes rencontrées récemment. Dans un contexte social ou professionnel, elle peut aussi éprouver des difficultés à faire certaines choses. Des difficultés à ranger certains objets de valeurs et avoir de plus en plus de mal à s’organiser et planifier des choses.

-Le stade 4 est celui, plus grave, de l’oubli d’événements récents. De faire des décomptes en calcul mental par exemple. Ou encore oublier son propre passé. Changer de comportement de manière brutale.

-Les stades suivants, 5, 6 et 7 vont faire que les difficultés de la personne vont croitre. En plus de perdre la mémoire, les normes sociales, de ne plus pouvoir exécuter des tâches complexes ( comme payer une facture ou gérer ses comptes ), elle va avoir besoin d’une aide pour la vie quotidienne. ( comme manger, aller aux toilettes ). Avec des risques d’incontinence associés.

Si vous voulez en savoir plus, voici un site  sur le sujet : https://www.alz.org/fr/

Comment travailler avec des malades d’alzheimer en tant qu’aide soignant ?

Je dirais qu’il faut faire preuve de beaucoup de patience et de compréhension. De douceur. Se montrer calme et rassurant. On pourrait penser que la personne, du fait de sa pathologie avancée, est moins encline à scruter notre comportement et ressentir des émotions.

Il n’en est rien. Les émotions sont toujours présentes, confuses mais décuplées. Si vous êtes stressés ou énervés, la personne va le ressentir. Je sais que ce n’est pas facile, mais il faut parfois répéter 10 fois, 100 fois les  mêmes choses dans une seule et même journée.

Comment évolue la maladie ?

Si les troubles présentés sont similaires, l‘évolution de la maladie d’alzheimer est différente chez chaque personne. Tout simplement parce que cela dépend de la zone lésée dans le cerveau. En fait, pour faire simple, nous avons deux hémisphères reliés entre eux, mais avec chacun des fonctions bien précises.

Notre cerveau est comme  » découpé », cartographié en aires cérébrales, responsables de différentes actions. La motricité, le langage, ou encore la mémoire. Ici, ce qui nous intéresse, c’est l’hippocampe. Car c’est la zone responsable de la mémorisation. Et, bien entendu, elle est touchée et endommagé dans le cas de maladies comme alzheimer ou encore  la maladie de parkinson.

Si ce sujet vous passionne, voici un bouquin fantastique sur le sujet  : https://amzn.to/2tili0I

Voir l’article suivant :https://aidefichesconcoursasap.com/comment-devenir-infirmier-gratuitement-en-evitant-la-plateforme-parcours-sup/

Rate this post

Laisser un commentaire