Le suicide

Le suicide est  l’acte délibéré de mettre fin à son existence. Cet acte est bien souvent commis par désespoir. De nombreux troubles mentaux rentrent en compte : troubles bipolaires, dépression, alcoolisme, schizophrénie, ou encore usage de drogues. Des facteurs externes peuvent aussi rentrer en compte tel que des problèmes d’argent ou des problèmes affectifs ( l’amour par exemple ).

On estime que plus d’un million de personnes pratiquent le suicide chaque année. Ce serait la treizième cause de mortalité dans le monde selon les statistiques de l’OMS. Cet acte représente en fait la principale cause de décès chez le jeune adulte et chez l’adolescent. Les hommes sont bien plus concernés que les femmes. Sans que l’on sache très bien pourquoi.

Ajoutez à cela les échecs dans les tentatives de suicide et vous obtenez un chiffre colossal de 20 millions de personnes.

Quels sont les différents types de suicide ?

1) le suicide dit « égoiste »

Ce type de suicide intervient lorsque l’individu est complètement détaché de la société dans laquelle il vit. Le rôle de la société est de tenir les personnes en les intégrant.

2) Le suicide anomique

Celui ci survient lorsque s’opèrent des changements sociaux soudains. Ces personnes là sont alors incapables de s’adapter à de nouvelles règles.

3) Le suicide collectif

Ce type de suicide est à l’inverse, causé par un excès en terme d’intégration. Ils se flinguent par devoir ( armée par exemple, sectes…).

4) Le suicide fataliste

Dans le cas d’un état qui réprime toute liberté, un régime totalitariste, on voit souvent apparaitre ce genre de fin. Le suicide parait alors être la seule solution à cette prison qu’est la vie.

Article suivant : https://aidefichesconcoursasap.com/les-consequences-du-burnout-professionnel-sur-letre-humain/

Quelles sont les causes liées au suicide ?

Les facteurs principaux sont les troubles psychiques tel que la schizophrénie ou la dépression. La dépendance à l’alcool ou à la drogue. Une impulsivité ou des antécédents de famille. Ensuite, nous avons les facteurs secondaires qui peuvent être liés à l’environnement de la personne. Cela peut être à cause de la perte de ses parents. L’individu peut se sentir isolé sur le plan affectif ( notamment dans le cas d’un veuvage ).

Cela peut être lié à des difficultés financières et professionnelles ( chômage, surendettement, harcèlement au travail ). La personne peut subir des événements traumatisants, une maladie ou subir une maltraitance. Enfin, il existe encore d’autres paramètres tel que le vieillissement, que l’on ne peut pas vraiment contrôler, et la sexualité. ( discrimination, rejet )

Quelles sont les solutions apportées à ce problème ?

La première solution, c’est le dialogue. Beaucoup de futurs morts annoncent à leur proches qu’ils ont la ferme intention de se suicider. Ils laissent alors une lettre une fois l’acte commis. Il faut prendre ces individus au sérieux et leur parler avant qu’arrive le drame. Il ne faut porter aucun blâme, aucun jugement.

Il faut essayer de raisonner la personne en lui faisant trouver des solutions qui avaient fonctionné dans le passé. Ne pas lui demander si elle va bien car elle risque de s’enfermer dans son silence et de répondre que ça va. Il faut vraiment essayer de créer un lien, de l’écouter et comprendre son problème. Et ne pas hésiter à l’envoyer vers un spécialiste.

Les personnes qui sont passées à l’acte sont en général prises en charges dans un service de soins à l’hôpital. Une fois que le malade est stabilisé et que tout risque vital est éloigné, celui ci est redirigé vers un service de psychiatrie. Certaines hospitalisations sont demandées par les proches quand il s’agit d’un trouble sévère ( mélancolie, délire mental…). Un psychiatre évaluera ensuite ces personnes. Ensuite, un suivi ultérieur est proposé pour suivre la personne dans son rétablissement et éviter tout risque de récidive.

J’avais moi même le cas d’un ami, qui a fait une tentative de suicide en ingérant des médicaments. La cause, c’est qu’il souffrait régulièrement de douleurs à l’estomac. Il m’avait caché à moi, son meilleur ami d’alors, son overdose. Il a été alors  placé en service psychiatrique et un suivi régulier a effectivement été décrété par les professionnels de santé. Avec des autorisations de sortie limitées et contrôlées.

La prévention du suicide en France

En France, divers plans d’actions ont été menés contre l’acte de suicide. Notamment en terme de prévention et d’amélioration de la prise en charge de la souffrance psychique. Je vous invite à vous informer régulièrement sur les différentes mesures qui ont été prise à l’encontre de cet acte et plus généralement de l’actualité médicale. Les lois et mesures évoluent constamment.

Pour finir cet article, une pensée pour   Arthur. Je te souhaite de voir la lumière au bout du tunnel. Celle d’un avenir sans douleur et sans drogues.

Pour aller plus loin : http://www.preventionsuicide.info/sitemap.php

Rate this post

Laisser un commentaire