Le vieillissement de la population

Le vieillissement, un phénomène inéluctable

Le vieillissement de la population mondiale est un phénomène qui est en train de croitre. Dans une société qui mise sur le paraitre et la jeunesse, c’est quelque chose qui fait peur et dont la prise de conscience est nécessaire.

On voit notamment  apparaitre un vieillissement démographique et de plus en plus de personnes âgées dans la population. Ceux- ci sont classés par catégorie d’âge. Le 3 eme âge représente la tranche des 60 ans à environ 75 ans. Le 4 eme âge les personnes âgées de plus de 75 ans. Deux sciences étudient le vieillissement : la gériatrie, qui est en fait l’étude médicale  de ce phénomène de société. Et la gérontologie qui est, quant à elle, la science du vieillissement

Qu’est ce qu’un vieillissement  » normal « ?

Il doit être distingué d’un vieillissement comme la sénescence qui représente un affaiblissement global des fonctions physiologiques, des facultés intellectuelles et de la modifications des tissus et organes. C’est encore quelque chose de différent : la sénilité qui est en fait la diminution des capacités mentales à mesure que la personne vieillit.

En France, l’espérance de vie est de 78,5  ans pour les hommes et d’environ 85 ans pour les femmes. Le recordman dans ce domaine est le Japon, qui garde l’espérance de vie la plus élevée au monde. Plus de 1 millions de personnes sont en perte d’autonomie modérée ou sévère. Ce qui est évidemment un chiffre considérable. Avec un taux de suicide qui reste très élevé.

Quelles sont les causes du vieillissement ?

Tout d’abord le vieillissement biologique. Les cellules comporteraient en leur sein une mort  » programmée » ( je sais c’est glauque mes amis ) . On peut ajouter à ça des phénomènes complexes tels que des radicaux libres. Ou encore des accumulations d’erreurs lors du phénomène de réparation des cellules.

Ensuite le vieillissement de la population. L’hygiène de vie s’est grandement amélioré en l’espace d’un siècle. Avec les progrès considérables effectués par la médecine. Ce qui nous donne une augmentation de l’espérance de vie et donc des personnes âgées de plus en plus nombreuses.

Quelles sont les conséquences du vieillissement ?

Les maladies se font de plus en plus nombreuses avec l’âge. On peut citer les maladies cardio vasculaires ( infarctus ou encore avc ) . Les maladies de type ostéo-articulaires. Des accidents thérapeutiques du à la mauvaise prise de médicaments et l’auto médication. L’apparition de cancers.

Pour les personnes les plus âgées, on peut noter une baisse d’audition, de la vue, des différents sens. Des incontinences urinaires ( miam…). Et on peut se poser la question suivante : qui reste parmi les centenaires ? Quel est le profil type ? En premier lieu, des femmes, des intellectuels ainsi que des personnes ayant conservé une bonne hygiène de vie.

Il y a aussi le déclin des facultés intellectuelles que l’on peut constater à travers des signes comme l’anxiété, des troubles du comportement, une désorientation progressive. Des troubles du langage, une somnolence. Une diminution des capacités de jugeote.

Et ce n’est pas fini ( hé oui, il y en a encore ). Ajoutons à ce magnifique tableau une perte d’autonomie et d’indépendance. Il devient impossible pour la personne âgée d’effectuer d’elle même certains actes de la vie courante, dans son quotidien. A la suite d’un accident, de la perte de son conjoint ou d’une maladie, cette dépendance peut arriver brutalement.

Des signes accompagnent cette perte tels que des troubles physiques. La personne peut perdre l’équilibre, trébucher ou chuter. Avoir des difficultés à se lever. Perdre du poids et moins faire d’activité physique. On peut citer aussi les troubles psychiques. Les habitudes alimentaires sont changées, des troubles de la mémoire apparaissent.

L’humeur peut s’en trouver altérée. ( tristesse, agressivité, apathie…) ou encore l’isolement social. Une grille existe pour mesurer le degré d’autonomie de la personne. Il s’agit de la grille AGIR. C’est un outil qui permet d’évaluer les capacités et incapacités de la personne âgée.

Les individus sont classés de cette manière :

-Une grosse perte d’autonomie

-Une perte d’autonomie partielle

-une absence de perte d’autonomie

https://aidefichesconcoursasap.com/comment-la-loi-protege-les-enfants-de-la-maltraitance-des-adultes/

Quelles sont les conséquences de cette perte d’autonomie ?

Elles sont nombreuses. Tout d’abord les conséquences affectives. Beaucoup de retraités sont occupés avec ce nombreux projets : voyage, garde des petits enfants, associations…Quand d’autres ne trouvent plus de sens à leur vie. Ils peuvent alors sombrer dans la dépression, l’anxiété et aller jusqu’au suicide.

Conséquences aussi sur le plan familial. La solitude se fait souvent ressentir. Même si le soutien des autres générations se fait de manière fréquente. ( aide à domicile, cohabitation…)

Sur le plan professionnel, l’âge de la retraite est fixé en moyenne à 62 ans. Pour certaines personnes, cette période est une mort sociale. Quand pour d’autres, cela signifie liberté et temps libre. Économiquement, la perte de revenus à la retraite est compensée en partie par les prestations vieillesse de la sécurité sociale.

Quels sont les problèmes qui découlent du vieillissement ?

Dans notre société, nous faisons un déni du vieillissement et de la mort. Les personnes âgées se retrouvent exclues du monde du travail et la vie collective. Notre société met en avant la jeunesse. On court après à travers par exemple nos habillements, la musique qu’on écoute et de manière générale notre mode de vie.

La mort fait peur mais elle parait lointaine. Beaucoup de personnes décèdent à l’hôpital. Loin de la vie. Les rites funéraires sont écourtés. La mort est aussi moquée ( Halloween ).

Les personnes âgées consomment peu et épargnent beaucoup. Pendant ce temps, le déficit de la sécurité sociale se creuse. Les dépenses de retraite augmentent. Il y a moins d’actifs donc moins de recettes. La prise en charge des personnes âgées augmente. ( cout des différents soins des professionnels de santé )

Le système de soins déborde et devient inadapté. Que ce soit les médecins traitants, ou l’hospitalisation qui n’est plus à jour dans certains services. Les services de soins à domiciles sont débordés et saturés. Beaucoup de personnes se retrouvent sur liste d’attente. Enfin, il y a la problématique de maladies neuro dégénératives comme la maladie d’alzheimer et la maladie de parkinson.

Quelles sont les solutions qui existent ?

Tout d’abord répondre à la dépendance. Faire des efforts qui vont dans le sens du maintien à domicile. Avoir des maisons de retraite améliorées.  ( prendre exemple sur la suisse et la belgique ). Avoir beaucoup plus d’aides financières. Et enfin, le chantier le plus gros peut être, répondre aux maladies et accompagner la fin de vie de ces personnes.

Rate this post

Laisser un commentaire