Les établissements hospitaliers

Quelles sont les missions de l’hôpital public ?

Nous avons tout d’abord l‘hôpital public avec une mission de service public hospitalier qui repose sur trois grands principes. L’égalité des soins et leur accès pour tous. Il y a ce que l’on appelle la permanence des soins et leur coordination par les différents professionnels de santé.

Ce genre d’établissement accueille tous les patients jour et nuit, sans aucune discrimination. Il organise et gère  aussi les urgences. Il y a trois types d’hôpitaux : les centres hospitaliers qui sont composés des centre régionaux et universitaires. Il existe aussi des hôpitaux locaux en milieu rural. Ainsi que les centres hospitaliers qui sont spécialisés en psychiatrie.

Quelles sont les missions de l’hôpital ?

Il doit traiter tous les malades, assurer les diagnostics, les femmes enceintes et personnes blessées. Il comporte en son sein la recherche et l’enseignement. L’hôpital assure des missions de prévention auprès des usagers et professionnels de santé. Et enfin, il a aussi pour objectif de lutter contre l’exclusion sociale. Les personnes qui sont dans une situation de précarité doivent pouvoir être soignées.

Quel est le fonctionnement juridique d’un établissement hospitalier ?

Il faut savoir que l’hôpital public est sous tutelle de l’état. La gouvernance est assurée par un directeur, qui est lui même conseillé par un directoire. ( composé de professionnels de santé ) La politique de gestion est mise en place par le directeur ( gestion du budget, recrutement…)

Le conseil de surveillance est chargé de surveiller cette gestion avec l’appui de différents organismes qui interviennent à titre consultatif. Sont mis en place au sein de l’hôpital des pôles de gestion. Ces différents pôles sont dirigés par une équipe médico- économique. De manière générale, sans rentrer dans les détails, retenez que cela permet une meilleure coordination.

Quel est le fonctionnement financier de l’ hôpital public ?

Les dépenses sont faites essentiellement en terme de fonctionnement. Il faut payer les salaires, les dépenses pour les soins aux patients. Il faut investir dans du nouveau matériel médical ( lits médicalisés, bureaux…). L’argent gagné, c’est principalement grâce à la tarification de l’activité.

Les établissement de santé publics sont financés par l’état mais les caisses sont de moins en moins remplies alors que la demande en terme de soins est de plus en plus forte. Là est le dilemme et la résolution de l’équation dans les années à venir.

Les hôpitaux et cliniques privés à but non lucratif

Ces structures se concentrent essentiellement sur les maladies comme les cancers et tout ce qui relève de la psychiatrie. Il existe aussi les cliniques privées mais cette fois à but lucratif. Celles-ci sont très nombreuses. Et elles doivent leur réputation au médecin ou chirurgien qui exerce dans l’établissement.

Pour rentabiliser un maximum, elles se tournent vers les activités chirurgicales. Les médécins touchent leurs honoraires et en reversent une partie à l’hôpital.

Quels sont les différents types d’hospitalisation ?

L’hospitalisation complète est un  » genre » de séjour à l’hôpital ( mais ce n’est pas une colonie de vacances ou un hôtel ! ). Il peut durer la nuit, une journée, un week end. Tout dépend de l’état de santé du patient et de sa pathologie.

L’hospitalisation à temps partiel se fait de différentes manières. Tu as par exemple, l’hospitalisation de jour qui dure moins de 24 heures. C’est souvent des patients qui viennent pour un examen, pour suivre un traitement ( chimiothérapie etc ). C’est ce que l’on appelle une chirurgie ambulatoire qui devient d’ailleurs de plus en plus courante.

Les patients peuvent être également hospitalisés de nuit. En somme, ils peuvent mener une vie normale la journée et suivre un traitement la nuit. C’est souvent le cas pour des patients en psychiatrie. ( Qui mènent alors une vie de vampire la nuit…)

Il existe aussi l’hospitalisation de semaine qui permet à des patients malades de vivre quasiment normalement le reste du temps et de venir simplement quelques heures à l’hôpital pour se faire soigner. Je trouve personnellement que c’est un système assez souple, qui pourrait convenir aux personnes âgées.

Et puis, dernier point, l’hospitalisation à domicile. Qui permet au patient de ne pas perdre ses repères et se sentir isolé. Dans la limite des possibilités et donc selon l’état du malade. Cela se fait, dans tous les domaines de santé ( cardiologie, pneumologie…) etc

Qui prend la décision de faire hospitaliser les patients ?

Cette décision doit être prise par le médecin hospitalier, quand il s’agit de séjourner à l’hôpital. A l’inverse, le médecin traitant peut juger qu’une hospitalisation n’est pas nécessaire. Enfin, il faut l’accord de la famille et, bien entendu, du premier concerné, le malade.

Certaines conditions doivent être respectées pour être validées. Par exemple, le malade doit résider dans une zone géographique couverte par la structure de  l’hôpital à domicile. Ensuite, le logement est vérifié et pris en compte par une assistante sociale. Ensuite le médecin donne son avis et c’est le responsable de la structure HAD qui valide la décision.

Enfin, il reste à effectuer la notification du malade par écrit et l’accord de la caisse primaire d’assurance maladie.

Article suivant : https://aidefichesconcoursasap.com/quest-ce-que-la-maladie-de-parkinson-et-pourquoi-provoque-t-elle-des-tremblements-chez-le-malade/

Comment se déroule l’hospitalisation des enfants et personnes âgées ?

A propos de l’hôspitalisation des  enfants, il y a de nombreuses conditions et précautions qui sont  d’ordre psychologique à la fois pour eux mais aussi pour les parents. Ces derniers sont associés au séjour de leur enfant. L’hébergement rapproché est en effet la priorité.

Les assistances sociales préparent la sortie par rapport aux aides financières et la garde à domicile. Enfin, les services de pédiatrie, quant à elles, assurent un service scolaire pour éviter un retard sur ce plan de l’enfant. Les personnes âgées restent majoritairement en long séjour.

L’accent est mis à la fois sur la guérison mais aussi sur le maintien de l’autonomie. Ces personnes vulnérables sont vers des établissements de convalescence à leur sortie. Les services de soins palliatifs sont chargés de lutter contre la douleur et la prévenir. Et ils prennent évidemment en charge l’accompagnement du malade jusqu à la mort. Et apportent un soutien psychologique à la famille.

Quels sont les problèmes inhérents à l’hôpital et quelles solutions apporter ?

Ce n’est pas une nouveauté mais il y a de nombreux problèmes avec ce type de structures, et notamment en France. Il y a un véritable manque de coordination entre les soins de ville et les hôpitaux. Les dépenses de santé augmentent sans pour autant qu’on puisse les freiner. Les soins se dégradent, l’humain se déshumanise. Bref, c’est le bordel, pour ainsi dire.

Alors que faire face à tous ces problèmes ? Eh bien, améliorer l‘accueil du malade et de sa famille. Faire en sorte qu’il passe le meilleur séjour possible. Sensibiliser le personnel à respecter les patients. Ou encore désengorger les urgences. Bref, la liste est longue. Et le chantier s’annonce immense.

Si vous voulez en savoir plus, accéder à des fiches de révisions sanitaires et sociales, voici un lien :

https://auxiliaire-de-puericulture.fr/hospitalisation/

Rate this post

Laisser un commentaire